1 IMAGE / 1 ARTICLE

Règle de la battle :

On vous donne l’image, vous écrivez l’article.

1. Hommage aux morts de la rue

Paris, 2 avril. Ces pots de fleurs ont été installés par le Collectif Les Morts de la Rue, en hommage aux 566 personnes sans-abri décédées en 2018 en France. Photo Christian Hartmann / Reuters

Un hommage a été rendu aux SDF, le 2 avril 2019 à Paris par le « Collectif des morts de la rue », pour se souvenir que ces gens que nous voyons tous les jours dormant par terre ou demandant de l’argent dans le métro, dont on ne connaît même pas le nom, l’histoire, ont une vie souvent gâchée par un événement les laissant sans maison, sans toit, sans famille et parfois même sans pays. Ils sont mis à la porte sans aucun remords de la part de la personne responsable de leur expulsion, pourquoi cela ?

Une histoire de famille, un gouvernement dictateur, l’argent, un crime, une idée, une parole !!!!! Voilà ce qui leur coûte leurs nuits dehors, terrifiés, et parfois leur mort !!!!!!!

Ils sont parfois toute une famille sur les trottoirs, dans les parkings ou parfois seuls : car on les a abandonnés, leurs enfants leur ont été retirés, leurs amis les ont laissés et avec personne ils ne peuvent communiquer.

En 2018, il y a eu 566 SDF morts dans la rue… 566 hommes et femmes dont personne ne connaissait l’existence, la présence et le décès. 566, c’est beaucoup, beaucoup trop de vies gaspillées pour quelques euros qui partiront dans une usine pour gobelets rouges avec des pois bleus.

Ce collectif a disposé au cœur du square Villemin (Xe) des fleurs vivantes contrairement à ces inconnus passés de l’autre côté. Sur ces pots sont écrits parfois leurs noms, la seule chose que l’on peut savoir de leurs vies secrètes. Mais quelques fois il y a seulement leur sexe et la date de leur mort, mais pas leur prénom, comme si même eux avaient perdu leurs identités en même temps que leurs derniers espoirs de récupérer une vie normale. Mais c’est quoi, au juste, une vie normale ?

Zoé

2. François, gilet jaune, commence la journée tôt!

Déc. 2018. François, habitant de Tournefeuille était sur le rond point de Tournefeuille dès 6 h du matin.
/ DDM Xavier de Fenoyl

Je ne sais pas exactement quel jour il a fait ça, mais François l’a fait ! Il s’est levé à cinq heures du matin, en plein hiver, et franchement ça devait cailler là-bas ! Ses slogans, il les a affichés sur une palette de bois sur laquelle trône un sapin de Noël : « Derrière chaque gilet jaune, il y a une vie », ou alors « Macron t’es pas un cadeau », et aussi « Tous pour un, un pour tous ».

Il s’est installé au rond-point de sa ville, Tournefeuille, à 40 kilomètres de Toulouse. Il n’est pas seul, quelqu’un est là pour l’aider, peut-être sa femme. Bientôt, ses camarades viendront le relayer et ils apporteront le café chaud.
Le travail de François et sûrement mal payé, pour qu’il vienne manifester comme ça et son Noël, il le passera dehors avec les copains. De toute manière, il n’y a plus grand-chose dans son frigo à partir du 20 ou du 25 du mois.

Cette photo, on ne la montre pas au 20 heures, les journalistes préfèrent nous montrer des casseurs qui cassent des magasins ! Les gilets jaunes de province, ils s’en contrefichent !

CJ

3. Vers la fin du Monde ?

Paris, 15 février 2019. Etudiants rassemblés devant le Ministère de la transition écologique et solidaire.
© BENJAMIN MENGELLE / HANS LUCAS

Les jeunes expriment leur colère en manifestant, beaucoup ont séché les cours pour participer aux rassemblements pour la défense du climat.
C’est l’adolescente suédoise Greta Thunberg qui a inspiré, il y a déjà plusieurs semaines, l’idée de cette mobilisation inédite des jeunes à travers toute la planète.

Le 15 février les lycéens et étudiants français ont rejoint le mouvement en protestant devant le Ministère de la Transition écologique et solidaire. Le 14 mars dernier, journée mondiale de mobilisation, 212 rassemblements ont eu lieu en France, 201 en Allemagne, 200 en Italie, 168 en Suède, 150 au Royaume-Uni, 182 aux États-Unis, une centaine en Amérique du Sud, une soixantaine au Canada, une cinquantaine en Australie et une trentaine en Inde. 

« Pas de nature, pas de futur », « Le niveau de mer s’élève, nous aussi », « There is no planet B » sont les slogans utilisés par les jeunes lors des manifestations.
Pour ma part, considérant que l’union fait la force, je trouve ça très bien que les jeunes se mobilisent pour quelque chose d’essentiel et vital.
Je suis d’accord avec eux car le gouvernement ne réagit pas assez. Ça ne concerne pas que le gouvernement français mais tous les gouvernements.
Il est vraiment temps de réagir parce que ça devient critique et surtout pour les années à venir !

Rokia

Et maintenant, on vote !

Facile : on choisit pour chacun des 2 sondages suivants l’article que l’on préfère, puis on clique sur le bouton « VOTE »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s